Les Philibertins veulent de nouvelles élections avant l'été

Publié le 29 Mai 2008

 Ouest-France, 16/05/2008

Saint-Philbert-de-Grand-Lieu

Les Philibertins veulent de nouvelles élections avant l'été

 

Le feuilleton des élections municipales passionne les Philibertins. Hier matin, après la décision du tribunal d'annuler le scrutin, les journaux s'arrachaient (lire notre édition de jeudi). « Ça remplace le foot dans les conversations au bistrot », ironise un cafetier du bourg.
 « C'est la galère ces élections ! » s'exclame une femme dans la rue. « II y a vraiment de quoi en faire un film », plaisante le client d'un bar. La plupart des gens acceptent ce retour aux urnes. « En revotant, on va trancher les débats », « C'est normal de revoter, l'écart était si faible. Je crois que la loi devrait même prévoir qu'à moins de 10 voix d'écart, on revote la semaine suivante. Ça éviterait bien des litiges », estime un passant. « C'est mieux de revoter. Après, le maire sera plus serein avec un plus grand écart de voix. » Une dame est quand même « déçue ». Une autre trouve également que « c'est dommage. Les gens ont choisi un maire... » Mais pour ce monsieur, « S'il y a eu des irrégularités, faut revoter pour clarifier la situation, faut que la démocratie s'exprime ».

« C'est triste... »

Les Philibertins espèrent que « la nouvelle campagne sera propre ». Mais le patron d'un café est sceptique : « Ça va être tendu ! » L'ambiance pesante à Saint-Philbert agace. « On est une petite commune, on n'a pas besoin de ces querelles ! » « C'est triste de se battre comme ça. J'espère que la future municipalité s'entendra... sinon, c'est encore nous les citoyens qui subiront les conséquences ». Un autre commerçant veut aussi que cette « guéguerre s'arrête vite ».
Vite ! En effet, les Philibertins veulent bien revoter... mais vite. Pour l'instant, la date du scrutin n'est pas fixée. « J'espère seulement qu'il ne faudra pas revoter pendant l'été », craint une Philibertine.
« Réglons cette histoire au plus vite. » « En juin, ce serait bien. En septembre, les gens pensent à autre chose, la reprise du travail et la rentrée scolaire », juge un homme en sortant du tabac-presse.

« Mauvais perdants »


Les habitants préfèrent accélérer la procédure, car ils s'inquiètent de l'administration de la commune par une délégation spéciale nommée par la préfecture. « Les projets sont bloqués, faut pas que ça dure. Qui va s'occuper de nous ? », déplore un patron de bar. « En attendant les élections, plus rien n'avancera à la mairie. Je connais des jeunes couples qui attendent un permis de construire... », poursuit un autre commerçant.

Hier matin, beaucoup de Philibertins ne mâchaient pas leurs mots contre l'ancien maire et son équipe. « Mauvais perdants », « mauvaise foi », « ridicule », « honteux ». Le recours semble avoir été mal compris. Et les erreurs commises par les responsables des bureaux de vote sur les bulletins blancs mal acceptées. « J'ai l'impression que certains ont voulu tricher, dénonce Jacques. J'ai voté pour l'équipe d'Yvonnick Gilet en mars, mais là, pas question. Je leur en veux. Vous trouvez ça normal, vous, que les tricheurs portent plainte ? » Plusieurs dames qui font leurs courses sont fâchées. « C'est étonnant de vouloir remettre en cause le choix des électeurs. On doit accepter le verdict des urnes. C'est ça la démocratie, non ? » Un monsieur n'est pas tendre : « Refuser la défaite, c'est nul. L'équipe de l'ancien maire est mauvaise perdante. Ils ont fait des erreurs et en plus ils se permettent de faire un recours. Je crois sincèrement qu'ils vont payer cette attitude aux nouvelles élections. »

 

Christophe JAUNET.

Rédigé par ThEco

Publié dans #St Philbert - Elections 2008

Repost 0
Commenter cet article