La défaite est dure à digérer pour Yvonnick Gilet, largement battu dimanche

Publié le 2 Juillet 2008

 Yvonnick Gilet démissionne du conseil et quitte la vie publiqueLa défaite est dure à digérer pour Yvonnick Gilet, largement battu dimanche. L'ancien maire de 2001 à 2008 a donné, lundi matin, sa démission du prochain conseil municipal, en adressant un courrier à la mairie. Il ne siégera donc pas dans l'opposition. 

« C'est dommage pour mes électeurs. Pour eux, je regrette de devoir démissionner mais ils comprendront. Je ne vois pas l'intérêt de rester au conseil après cette campagne de dénigrement sur mon compte. Je me suis fait insulter et traiter de magouilleur. »

« Ça m'attriste »

Seule Catherine Hervouet et Muriel Guémas accepteraient de siéger. Mais l'opposition, avec 40 % des voix, a droit à six conseillers municipaux. Alors, qui pour remplacer les quatre démissionnaires ? Les suivants sur la liste. La mairie a donc convoqué Jean-Michel Queyroy et Rachel Jeaneau. Mais eux aussi ont décidé de démissionner. Ensuite viennent Denis Guéret, Nathalie Lardenois, Stephan Beaugé et Fabienne Le Bert. Si ce scénario se confirme, le conseiller général UMP Stephan Beaugé (11e sur la liste), non élu dimanche, pourrait faire son retour au conseil municipal en leader de l'opposition.

Cette vague de démissions navre Monique Rabin, nouvelle maire socialiste de Saint-Philbert. Elle aussi a connu le rôle ingrat d'opposante

 

« Ça m'attriste et je ne comprends pas. Je pense que par respect pour ses électeurs, un élu doit siéger, qu'il soit dans la majorité ou dans l'opposition. Les gens nous élisent aussi par rapport à une composition de liste. »

Monique Rabin regrette « de ne plus avoir une opposition saine pendant ce mandat ». Elle réfléchit donc à créer des commissions extérieures pour faire vivre la démocratie. Quitte à provoquer une contestation possible de ses décisions. Démissions en chaîne

Il est amer, agacé, visiblement blessé. L'ancien maire tourne la page : « La vie publique et associative est terminée pour moi à Saint-Philbert. Je ne participerai à plus rien, j'ai assez donné... peut-être plus que d'autres. » Aujourd'hui, Yvonnick Gilet se lâche « Je suis désormais libre, je ne suis plus un personnage public. » Alors il ne mâche pas ses mots : « Saint-Philbert va devenir une succursale de Nantes, administrée par une personne qui ne réside même pas dans la commune. »

Yvonnick Gilet n'est pas le seul à démissionner parmi les conseillers municipaux d'opposition de liste Saint-Philbert avec vous. Avant même le premier conseil, vendredi soir, Philippe Linard, Nicole Merlet et René Le Garrec ont également jeté l'éponge.

 

Christophe JAUNET

Rédigé par Theco

Publié dans #St Philbert - Elections 2008

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article